La voile dans la marine nationale

Mis à jour :

altDepuis la mise au point de la chaudière à vapeur et jusqu’à la maîtrise de la fission nucléaire, l’appui du vent sur des toiles tendues n’est plus le moyen privilégié de propulsion de la flotte militaire française

La marine nationale a toujours tenu à conserver une composante voile que l’on trouve aujourd’hui sous plusieurs aspects tant traditionnels que très moderne. 
Traditionnel d’abord, avec l’Etoile et la Belle Poule, deux goélettes de 38 mètres, armées chacune par 16 hommes et qui participent, depuis 1932, à la formation des officiers de marine. Elles sillonnent les côtes européennes et participent au nom de la « Royale » à de nombreuses fêtes de la mer et rassemblement de vieux gréements.
Le programme 2009 leur fera même traverser l’Atlantique dans le cadre du « tall ship atlantic challenge » qui les mènera des Canaries aux Bermudes, de Boston à Belfast.
 
La marine nationale ayant fait le choix de choisir deux sports majeurs : le rugby pour les notions d’équipe, d’entraide et de pugnacité et la voile pour ses valeurs traditionnelles et de connaissances du milieu marin, indispensables à tous quelles que soient leur spécialité.
Ainsi dans le cadre de l’entraînement physique et mental du militaire, la marine dispose de quatre centres militaires de voile à Toulon, Brest, Cherbourg et Lorient. Ils  proposent des sorties d’initiation, de perfectionnement ou libre, sur voilier côtier habitable type J80, croiseurs ou en voile légère avec ou sans moniteurs titulaire de brevet d'Etat. 
Ces centres militaires de voile sont aussi ouverts aux familles de militaires, ainsi que pour le personnel civil de la défense ou encore retraité de la défense.
Ils organisent pour leurs adhérents, la pratique des activités nautiques de loisirs. La formation à la pratique de la voile sur différents supports, préparation aux examens de permis bateau côtier et hauturier, certificat restreint de radiotéléphonie, mise à disposition de bateaux, deviennent alors accessibles à des conditions privilégiées.
 
Les marins peuvent également se confronter sur l’eau au travers d’organisations de régates locales qui permettent de sélectionner des équipages pour  une finale au niveau national. Des courses au large sous forme de challenges inter unités et de parcours chronométrés existent également.

altLa marine nationale soutient aussi le sport de haut niveau par le biais de contrats d’athlètes de haut niveau. Etant affectés à l’école navale et au nombre de 12, ils s’entraînent tout au long de l’année, parfois sur le plan d’eau de l’école navale dans la rade de Brest. Ils sont à la disposition de la fédération de voile pour représenter la France dans les plus grandes compétitions internationales et participent ainsi au rayonnement de la Marine Nationale. Certains d’entre eux ayant participé aux derniers jeux olympiques.

Avec la construction du port du château à Brest, le changement de statut de ses clubs nautiques et l’achat de matériel performant, la Marine nationale montre son attachement aux vertues de la voile et à ses valeurs pédagogiques et historiques.

La voile sportive

Mis à jour :

altLe club nautique de la marine à Lorient participe activement aux régates du niveau local jusqu'à l'international sur les J80.
Plusieurs équipages d'adhérents se confrontent aux régatiers locaux lors du championnat de la rade de Lorient. Ce championnat  regroupe les principaux clubs de la rade de Lorient un WE sur deux.
 
En 2016, les équipages du club nautique ont activement participé aux nombreuses régate du circuit J80 et IRC.
L'objectif de cette année est de continuer cette dynamique au sein du club à travers les différents calendriers de régates. Mais aussi de développer l'activité de formation à la régate, notamment par la découverte du match race.
De manière à permettre à chacun de régater et de faire évoluer son niveau de compétences.